Dutry & Co
introduction sponsoring vacatures
histoire liens documentation
salle d'expo foires contact
actions portes ouvertes distributeurs
Ajouter ce site Internet à vos favoris Imprimez la page, sans éléments superflus
Lire
Chauffage et environnement

Sylviculture durable

Les réserves des combustibles fossiles

Nous pouvons nous estimer heureux si les réserves de pétrole et de gaz naturel durent encore cent ans. On a déjà tant écrit sur ces réserves limitées depuis le 1er rapport du Club de Rome qu'il est inutile d'épiloguer sur le sujet. Nous devrons un jour nous passer de ces combustibles. Or, vu les nombreuses utilisations des combustibles et des matières premières fossiles, il s'agit là d'un véritable scénario catastrophe, qui engendrera d'importants problèmes technologiques. Il est dès lors avisé de déjà entamer la transition. Histoire de ne pas être pris de court.

Le remplacement du gaz naturel par du bois pour le chauffage domestique n'est pas très intéressant pour la balance des paiements, vu les réserves néerlandaises en gaz. D'autre part, la fin du monopole néerlandais approche à grands pas. La conclusion du rapport national sur l'énergie pour la période 1990 à 2015 indique que les réserves de gaz naturel seront insuffisantes aux Pays-Bas après 2015, une information particulièrement significative. Le rapport conclut qu'il sera nécessaire d'importer du gaz, entre autres de Russie. Quant à la Belgique, elle dépend entièrement de l'étranger pour ses combustibles fossiles.

Y a-t-il assez de forêts ?

Le bois, combustible renouvelable, est éternel, si toutefois nous y accordons suffisamment d'attention. Si nous voulons faire de la combustion du bois dans des appareils appropriés le chauffage de l'avenir, il est logique de se poser la question de savoir si le parc forestier est suffisant. En matière de chauffage domestique, le « Fossil Free Energy Scenario » de Greenpeace se base sans équivoque sur d'importantes économies d'énergie d'une part, grâce à l'isolation et d'autre part, grâce à des appareils de chauffage plus performants qui mettront davantage l'accent sur l'énergie solaire et les biocarburants. Toutefois, il n'est pas facile d'apporter une réponse définitive à la question relative à la capacité de production de bois pour le chauffage domestique, laquelle nécessiterait une étude macroéconomique de grande envergure. Les évaluations sont plutôt données à titre indicatif.

À l'échelle planétaire

Quelque deux milliards d'habitants de notre planète, soit un peu moins de la moitié, dépendent aujourd'hui déjà totalement de l'énergie provenant de la biomasse. Pour 80 % de la population des pays en développement, le bois constitue la principale source d'énergie. La consommation mondiale d'énergie s'élève à environ neuf milliards de tonnes équivalent charbon, dont quelque 2.250 millions de tonnes équivalent charbon sont consacrées au chauffage.

Environ 30 % de la surface terrestre du globe sont couverts de forêts. Selon la FAO, elles pourraient générer, moyennant une exploitation durable, une moyenne annuelle de 6,6 milliards de m3 de bois, soit un peu plus de 1 m3 par habitant. Cette production annuelle moyenne (durable) fournirait 3,3 milliards de tonnes équivalent charbon, ce qui suffit pour couvrir les besoins mondiaux (2.250 millions de tonnes). Avec le rendement de combustion des poêles à bois modernes (85-95 %), ce m3 par habitant par an suffit, en tout cas pour le chauffage domestique sous un climat tempéré comme aux Pays-Bas ou en Belgique. Les pays froids en consommeront évidemment davantage, mais par contre, la majorité de la population mondiale vit sous des climats tropicaux ou sub-tropicaux, qui nécessitent peu ou pas de chauffage.

Ce calcul ne tient pas compte d'un élément important : le gaspillage actuel de bois de chauffage et l'influence sur la consommation d'innovations économiques et technologiques relativement simples :

  • d'après une étude effectuée au Canada, pays riche en forêts s'il en est, le besoin en bois de chauffage domestique pourrait être couvert à 84 % par l'utilisation de déchets de bois provenant du traitement de bois actuel, certes particulièrement important dans ce pays ;
  • les foyers utilisés dans les pays en développement principalement pour cuisiner affichent un rendement de combustion d'à peine 6 à 8 %, lequel pourrait être considérablement augmenté avec quelques moyens simples ;
  • mais dans les pays dits développés, on utilise encore beaucoup de feux ouverts qui envoient aisément 90% de la chaleur produite dans la cheminée. Beaucoup de poêles anciens consomment deux fois plus de bois que leurs homologues modernes ;
  • enfin, le dernier élément important est la production efficace de charbon de bois, qui engloutit environ 20 % de la production de bois. Le procédé le plus répandu dans les pays en développement affiche une perte de 75 à 90 % de l'énergie de combustion.

À l'échelle mondiale, le bois semble donc le meilleur combustible de base pour le chauffage, moyennant une exploitation durable des forêts. Et ce, malgré une croissance importante de la population, un problème qui doit être résolu, mais dont il faut néanmoins tenir compte dans les décennies à venir.

Les forêts en Belgique et aux Pays-Bas

Nous avons déjà détruit pas mal de nos réserves forestières au profit de l'agriculture, des routes, de l'industrie, etc. Aux Pays-Bas, seuls 9,1 % de la surface totale du territoire sont encore couverts de bois, soit environ 335.000 ha. En Flandre, ce pourcentage s'élève à 9 %, 20,4 % pour la Belgique et 30,1 % pour l'Allemagne. S'ajoute à cela que bien des forêts sont remplis de bois en décomposition.

Reste à savoir quelle stratégie suivre. Si un pays comme les Pays-Bas ou la Belgique choisit de stimuler l'utilisation (intelligente) de bois, il faudra adopter une politique appropriée en matière de production de bois. Compte tenu des surplus agricoles, une piste logique serait d'utiliser les jachères agricoles pour la production d'énergie.

En cas de pénurie, ces pays pourraient aisément importer du bois de ses voisins ou de Scandinavie. Ce qui est en tout cas moins loin que le pétrole qui provient du Moyen Orient, du Venezuela ou d'ailleurs. Sans compter le gaz naturel que même les Pays-Bas devront importer dans moins de vingt ans de Russie, d'Algérie. Un impôt « dioxyde de carbone » sur les combustibles fossiles rendrait le bois concurrentiel, même s'il est importé.

L'importation de bois à long terme ne déséquilibrera donc pas la balance des paiements des Pays-Bas ou de la Belgique. L'augmentation des réserves de bois de chauffage propres, en plus de l'accroissement de la capacité de production des autres sources d'énergie durables, est même la seule solution pour conserver la production d'énergie sur le territoire national. Pour assurer la transition, on pourrait importer, temporairement de préférence, du bois de chauffage de pays voisins (pas besoin d'aller jusqu'en Russie). Les fluctuations des prix entraîneront spontanément une telle évolution en cas d'utilisation accrue de bois.

Impact environnemental de la sylviculture destinée au bois de chauffage

Précisons tout d'abord qu'il y a peu de risque que du bois de chauffage en provenance des forêts tropicales soit jamais importé en Europe. En effet, les pays limitrophes offrent une capacité de production suffisante, avec éventuellement un peu d'aide des pays scandinaves. Contrairement à la sylviculture destinée à la construction, il n'y a pas de différence de qualité avec les bois tropicaux ; d'ailleurs les frais de transport pèseraient trop lourd sur la valeur commerciale bien plus faible du bois de chauffage.

En matière d'exploitation forestière, nous nous basons sur les normes européennes. La sylviculture durable est dès lors un atout, bien qu'il en existe différentes définitions, de la coupe à blanc avec reboisement ultérieur à l'exploitation sélective. La coupe à blanc pure est plutôt une exception en Europe.

L'exploitation sélective est bien évidemment la meilleure option tant pour la qualité du bois que pour la diversité biologique. C'est dès lors l'objectif à poursuivre. En outre, elle ne produit pas moins de bois que la coupe à blanc, bien au contraire. Le principal frein à son développement est son prix.

Toutefois, même l'exploitation sélective de qualité a un impact négatif sur la vie forestière, surtout par la destruction de l'habitat d'espèces qui vivent dans les arbres morts, par la pollution acoustique ainsi que par l'intrusion sur le territoire des animaux. Par-là, elle est comparable aux inconvénients engendrés par les promeneurs. Ces deux fonctions, récréative et commerciale, sont néanmoins conciliables. Enfin, l'exploitation sélective commerciale ne peut être menée dans les réserves naturelles, quoiqu'on l'y applique régulièrement comme outil de gestion (entre autres, pour maintenir la pauvreté des sols pauvres).

Davantage de forêts et une sylviculture durable

Reste à savoir quelle serait l'influence sur les forêts belges ou néerlandaises d'une politique qui encouragerait l'utilisation de bois pour le chauffage domestique. On aurait d'abord plus de forêts, car des incitatifs publics tout comme l'augmentation du prix de carburants rendraient attrayant le passage de l'agriculture à la sylviculture. Mais quel serait l'impact sur la qualité des forêts existantes ? On pourrait intensifier l'exploitation dans les forêts qui sont déjà utilisées à des fins commerciales et récréatives. Si on laisse libre cours au marché, l'exploitation sélective ne progresserait pas. Les pouvoirs publics doivent dès lors réglementer davantage la sylviculture, et plus spécifiquement, faire de l'exploitation sélective la norme, si toutefois ils veulent encourager l'utilisation de bois de chauffage. Une augmentation du prix du bois (ou la subvention de la sylviculture) permet également d'adopter cette méthode plus onéreuse.

Il semblerait donc judicieux sur le plan politique d'encourager l'utilisation de bois de chauffage, au détriment du gaz naturel, et d'y coupler d'une part, l'extension des domaines forestiers et d'autre part, une réglementation plus sévère de la sylviculture. Sans cet encouragement, ces deux options ne seront pas adoptées de sitôt. Plus la valeur économique de la forêt est élevée, plus cette dernière en bénéficiera.

[Résumé ] [Effet de serre ] [Sources d'énergie ] [Avenir de la biomasse ]
[Sylviculture durable ] [Qualité du bois de chauffage ] [Qualité de la fumée ]
[Pluies acides ] [Cycle de vie ] [Conseils de chauffage écologique ]
[Normes et règlementations ]

Ajouter ce site Internet à vos favoris Imprimez la page, sans éléments superflus

 
Tulikivi - poêles de masse en pierre stéatite
Danskan - poêles à bois scandinaves
HOXTER foyers et foyers chaudières
Altech - poêles en pierre ollaire
ORTNER - poêles de masse et poêles en faience
Paterno - poêles à pellets

Lohberger - poêles au bois et à pellets

Big Green Egg : le barbecue des chefs
Alpina - poêles au gaz
Lohberger - cuisinières au bois

Le Panyol : four au bois pour pizza, pain, etc..

Ecostone - chauffage électrique rayonnant
Logmatic - fendeur de bûche
 

Toutes informations sur les prix des combustibles en Belgiques, inclus bois et pellets

 

 

 
Visitez la salle d'expo internationale de Dutry & Co
Visitez la salle d'expo internationale de Dutry & Co
   

Mots clèfs de ce site internet : chaudière bois - cheminée - cheminée-chaudière - cuisinière au bois - four à pain et pizza - foyer de masse - insert-cheminée - pellets - poêle scandinave - poêle à bois - poêle au gaz - poêle de masse - poêles à pellets - poêle en faïence - poêle ou foyer - poêle en stéatite - poêle-cheminée - poêle - poêle-chaudière - poêle de sauna - poêle-cheminées - poêles à granulés de bois - radiateur - stéatite - poêles - cheminées - foyers ouverts - chaudières à bois - fendeurs de bûche - poêles en stéatite - poêles scandinaves - poêles de masse en stéatite - inserts-cheminées - poêles - poêles cheminées - radiateurs - poêles en faïence
France : poêles de masse - poêles en stéatite - poêles en pierre ollaire - poêles à bois - poêles scandinaves - poêles au gaz - big green egg barbecue - chauffage électrique - fendeur de bûches

Plus d'info sur Dutry & Co Trouvez votre distributeur local avec notre moteur de recherche de distributeurs de poêles et cheminées toutes marques Foires, portes ouvertes et soirées d'information sur les poêles et les cheminées Documentation gratuite des marques trouvées sur ce site internet Contactez Dutry & Co Le Centre Vidéo de Dutry & Co Profitez d'un financement avantageux pour les poêles et les cheminées Profitez d'un financement avantageux pour les poêles et les cheminées Quelques liens sélectionnés Calculez vos économies De website van Dutry & Co in het nederlands Trouvez votre distributeur local avec notre moteur de recherche de distributeurs de poêles et cheminées toutes marques - Wallonie Trouvez votre distributeur local avec notre moteur de recherche de distributeurs de poêles et cheminées toutes marques - France Plusieures options pour brûler du bois chez Dutry & Co Plusieures options pour brûler des pellets chez Dutry & Co Plusieures applications de la stéatite chez Dutry & Co Chaudières à bois et aux pellets - poêles-chaudières & cheminée-chaudières chez Dutry & Co Plusieures options pour cuisiner au bois chez Dutry & Co Plusieures options pour faire du sur-mesure chez Dutry & Co Divers actions sur les poêles et cheminées de Dutry & Co Visitez la salle d'expo internationale de Dutry & Co